Revue En son nom

Prier tout simplement

par Micheline Marcoux, m.i.c.

Couverture d'automne 2012 « Chantez, dansez, jouez chacune de ses oeuvres ! Chantez, dansez, jouez de toutes vos musiques ! » Au rythme joyeux de ce chant de Robert Lebel, les éléments de la nature, les instruments de musique, la terre et le ciel, tous sont conviés à bénir Dieu, « car éternel est son amour ! » Un psaume de louange actualisé au son de la guitare, une prière pleine de fraîcheur ! Avec l’été qui s’installe peu à peu et les vacances qui s’annoncent, la nature est au rendez-vous avec le chant des oiseaux et le murmure du ruisseau, son silence et ses grands espaces. Un temps propice à la détente, au lâcher-prise, à la prière toute simple et gratuite, en toute liberté !

Avez-vous déjà prié à l’aube, le soleil émergeant peu à peu au-dessus de la montagne comme une immense hostie blanche ? Expérience unique. À chaque fois, ce sont des mots de la Messe sur le monde de Teilhard de Chardin, cités dans son Hymne de l’univers, qui montent spontanément en mon coeur. Une prière d’offrande, une prière de communion avec tout le cosmos, avec la terre entière ! Il est facile d’imaginer Jésus se levant à l’aurore pour prier sur le rivage du lac, ou gravissant la montagne au crépuscule, sinon de nuit, pour converser avec son Père… portant dans son coeur les enfants confiés avec amour. « Je te rends grâce, Père… » Comme lui, notre prière est souvent action de grâce et gratitude, parfois, elle n’est que silence, solitude… ces temps où le coeur crie, supplie.

Dans Les rendez-vous sur la montagne, Rita Gagné, o.s.u., nous donne de suivre Jésus sur la montagne, de nous retirer avec lui pour reprendre souffle, communier à son amour, avant de retourner dans la plaine où la mission nous attend. Persuadée que, « chez plusieurs personnes, un ‘noeud’ solide mêle ou coupe les fils entre la prière et la vie, entre la prière et les prières », elle partage ses intuitions sur « la prière ». De son côté, Jacques Gauthier nous introduit dans la pratique de la méditation. Il illustre ses propos en relevant les principaux aspects de ce type de prière dans les grandes traditions religieuses orientales et dans la tradition chrétienne. Il introduit brièvement à la lectio divina, cette forme de prière intérieure, cette autre manière de ruminer la Parole. Il décrit l’oraison silencieuse ou prière contemplative, enseignée sous le nom « méditation chrétienne » par le moine bénédictin John Main. Il partage également son expérience concrète de la prière et donne des moyens pratiques pour ces espaces privilégiés de rencontre, de présence au Seigneur dans le silence et l’amour. Avec Céline Lamonde, s.c.q., le texte La musique, un don de Dieu est une invitation au voyage pour l’été : « prendre un sentier inconnu, celui de la musique dans la Bible ». Elle relève plusieurs citations dans les psaumes et autres écrits bibliques où les instruments de musique sont à l’honneur et où la musique et la danse se font prière. « Pourquoi ne pas enrober notre contemplation, notre vie spirituelle de musique ? », dit-elle.

Après nous avoir introduit, dans un premier temps, à Discerner l’appel de Dieu, André Charbonneau, s.j., poursuit sa réflexion, cette fois à travers les écrits de Marc, de Jean et de Paul. Il redit l’importance de garder mémoire du premier appel personnel à tout quitter pour suivre Jésus. L’intimité avec Jésus et la mission sont les éléments indissociables de cet appel. La conversion, long travail aidé de l’Esprit, nécessite également d’être soutenu par l’accompagnement spirituel. Du groupe Cailloux, Julie Daigle, s.s. m.n. et Ginette Généreux, r.m., réfléchissent sur la Pauvreté : un chemin vers l’amour et la liberté. La pauvreté n’est pas une valeur à rechercher en soi. Portant un regard sur Jésus qui a fait le choix de vivre pauvre, les personnes consacrées trouvent en lui un modèle à vivre autrement. Le voeu de pauvreté engage dans cette liberté « pour répondre aux appels de Dieu en nous et autour de nous ». Avec l’art des mots justes, Laurent Boisvert, o.f.m., clarifie cette fois la différence entre Sens et sentiment d’appartenance à un groupe. Pour réaliser pleinement ce besoin d’appartenance, l’harmonie entre ces deux réalités doit être au rendez-vous ! Dans un grand souffle de Pentecôte, l’Esprit nous est donné, cet Esprit qui prie sans cesse en nous. Le temps gratuit des vacances, n’est-il pas favorable à la rencontre intérieure ? Être là. Les mains ouvertes et le coeur au vent ! Tout simplement.

Revue EN SON NOM, Vie consacrée aujourd'hui
Vol. 70 No. 3 / Mai - juin 2012

75 ans