4 saisons

Des gestes porteurs de vie

par Micheline Marcoux, m.i.c.

Couverture d'automne 2012
Pour exprimer la joie, la reconnaissance, l’émerveillement, la réconciliation ou le pardon, en milieux humains les plus diversifiés, l’agir parle souvent plus que les mots. Au-delà des paroles, des gestes rassembleurs sont posés sans faire de bruit. Ainsi, le dialogue interreligieux et œcuménique fait partie de ce que le cœur porte de désir pour réaliser un vivre-ensemble «créateur d’humanité», dans le respect réciproque des différences et la découverte de la beauté de l’autre. Des hommes et des femmes ont vécu ce défi jusqu’au don de leur vie. Des ponts sont construits par de tels passeurs de vie!

En Algérie, en 1996, Christian de Chergé, prieur, et ses frères trappistes sont demeurés à Tibhirine au milieu du peuple musulman, malgré les menaces de mort d’un groupe extrémiste. Ils sont allés jusqu’au martyre. Quelques décennies auparavant, une jeune juive, Etty Hillesum, convertie au christianisme, a choisi elle aussi de ne pas quitter son peuple persécuté.Yves Bériault, o.p., brosse un portrait de Christian de Chergé et Etty Hillesum, ces témoins dont la fécondité spirituelle ne cesse de croître et d’interpeller notre monde en quête de sens. Petite sœur Kathy, p.s.j., présente un autre grand nom, Charles de Foucauld. Il y a près de 100 ans, frère Charles mourait lui aussi assassiné dans le désert de Tamanrasset où il vivait avec le peuple touareg. La spiritualité de ce prêtre à vocation unique continue de vivre dans le cœur de nombreux hommes et femmes qui s’en inspirent et en rayonnent. Ce qui embellit le désert, c’est qu’il cache un puits quelque part...

Sans être aussi dramatiques, des gestes plus discrets, mais tout autant porteurs de vie sont à cueillir ici et là. Sœur Rita Larivée, supérieure générale des Sœurs de Sainte-Anne, nous raconte une démarche d’entraide peu banale par un groupe bouddhiste de Taïwan, la Fondation Tzu Chi, pour la reconstruction de leurs écoles détruites par le séisme de 2010, en Haïti. La gratitude s’exprime de part et d’autre. Dans l’Estrie, Robert Lebel, prêtre de l’Institut Voluntas Dei, et une équipe fondent un centre de ressourcement incluant un pavillon inter-religieux et œcuménique bien particulier où les diverses religions se rencontrent pour prier ensemble. Madame Jocelyne Hudon décrit ce projet au nom symbolique : Versant-La-Noël... Une seule maison, plusieurs clochers.

Aussi dans l’Estrie, un autre centre de ressourcement a pignon sur rue et s’adresse cette fois aux religieuses, aux religieux et aux prêtres. Madame Claudèle Domingue, directrice, présente le Centre Intercommunautaire Quatre Saisons qui vient de fêter son 20e anniversaire. Toujours à l’affût de répondre aux besoins de sa clientèle et tout en sauvegardant sa mission première, il y a place à de nouvelles idées pour s’adapter aux situations de l’heure.

En terminant, Seán D. Sammon, frère mariste, titre sa réflexion Bien que la vie religieuse soit en diminution, elle est loin d’être mourante! À la lumière de Vatican II et de concert avec tant d’autres, son constat vient nous redire que l’Esprit est partout à l’œuvre et saura encore nous surprendre. Dans cet esprit de nouveauté, un clin d’œil ne nous est-il pas fait une fois de plus par le pape François avec la publication de l’Exhortation apostolique Joie de l’Évangile, en continuité avec le Synode sur la nouvelle évangélisation? Autre bonne nouvelle, il annonce une année pour la vie consacrée en 2015! Il y a de quoi nous réjouir et espérer. L’Esprit de Pentecôte souffle sur l’Église!

Au moment où vous lirez ces lignes, je ne serai plus à la revue depuis le 1er janvier 2014. Je termine six ans à la direction et près de douze ans au comité de rédaction. Au-delà des mots, je voudrais vous remercier pour votre indéniable support tout au long de ces années. De bien des façons, vous avez manifesté votre appréciation, votre encouragement, votre collaboration et votre contribution généreuse même. Je remercie d’une façon toute particulière les membres du consortium, du conseil d’administration, du comité de rédaction et du secrétariat, sans oublier les personnes qui ont aidé à réaliser la revue à toutes ses étapes de production.

Cela a été un honneur et une joie d’être au service de la vie consacrée et de remplir une telle mission, confiée par le Seigneur à cette étape de ma vie. La revue s’est diversifiée au cours de ces années et a relevé plus d’un défi pour répondre à des besoins nouveaux de la vie consacrée. Elle demeure ouverte au neuf de l’Esprit. À la personne qui poursuivra ce service, je souhaite d’être comblée et enrichie autant que je l’ai été par cette passionnante mission.

Que l’année 2014 soit sous le signe de l’espérance en l’avenir, dans la joie d’annoncer l’Évangile... EN SON NOM!

 

Revue EN SON NOM, Vie consacrée aujourd'hui
Vol. 72 No. 1 / Janvier - Février 2014

75 ans