4 saisons

Nouvelle présentation

Pierre Cardinal

Pierre CardinalVous l’avez sans doute remarqué, la typographie de la Revue change en ce début d’année. La taille des caractères est augmentée, ce qui nous a conduits à abandonner la disposition du texte en colonnes, désormais trop étroites pour loger un lettrage de cette dimension. Il en résulte une flexibilité accrue dans la présentation du contenu, notamment en ce qui a trait aux longues citations. Notez que les crédits photos sont maintenant regroupés aux côtés des concepteurs et des collaborateurs de la Revue (couvert 2).

L’arrivée du nouveau format était aussi l’occasion d’apporter une solution durable à la surcharge de travail observée ces dernières années. En effet, il devenait de plus en plus difficile de soutenir le rythme qu’impose la production de 5 numéros de 64 pages, sans compromettre la qualité de la présentation et du contenu. Parmi les scénarios envisagés, il s’est avéré préférable d’abaisser de 8 le nombre de pages, sans diminuer le nombre de parutions annuelles. Cette mesure a permis de faire passer le poids de la revue sous la barre des 100g, et ainsi de contrer efficacement l’augmentation substantielle des frais postaux que nous avons connue en 2014.

* * *

L’année dernière à la même période, Micheline Marcoux, m.i.c., présentait un très beau dossier intitulé « Des témoins du dialogue interreligieux ». Nous poursuivons la réflexion sur ce sujet déjà bien engagé. Dans le premier article, Monsieur Jean Duhaime traite de la pérennité de la première alliance qui est au fondement de la religion juive. Le professeur retraité de l’Université de Montréal montre comment son aspect irrévocable tend à être davantage pris en compte dans la conception chrétienne du salut. Le second article situe le dialogue interreligieux sur le plan de la rencontre entre deux êtres humains. Dans ce cas précis, Gilles Barrette, m.afr., présente un témoignage riche des liens qu’il a depuis longtemps tissés auprès des personnes de confession musulmane, une relation désintéressée et empreinte d’humanité.

Les villes sont le lieu de rencontre par excellence, où se combinent toutes les dimensions de l’être humain. Quelque chose alors se produit : Au-delà du simple sentiment d’appartenance, ses habitants participent à l’émergence d’une conscience collective. Faisant écho à l’exhortation apostolique La joie de l’Évangile, Sr Marie-Élisabeth, f.m.j., montre comment les villes sont investies d’une symbolique particulière qui doit nous interpeller. À titre de membre du groupe Cailloux, Sr Marie-Thérèse, s.p.c., présente les grandeurs et les défis de vivre dans une communauté internationale. Nous profitons de l’oc-casion pour remercier Ginette Généreux, r.m., et les membres de Cailloux qui ont contribué de façon régulière à la Revue depuis 2006.

L’hiver n’est pas qu’extérieur à notre être, cette saison nous habite. Les pages médianes nous entraînent cette fois sur un chemin recouvert de neige, dans l’une de ces longues marches hivernales qui invitent parfois à la réflexion.

On célèbrera sous peu le 150e anniversaire de la naissance de Mère Délia Tétreault, fondatrice des Sœurs Missionnaires de l’Immaculée-Conception. Léonie Therrien, m.i.c., nous dresse un portrait de cette figure d’exception.

Nouvelle chronique Souffles sur la braise

Pour souligner l’année de la vie consacrée, la rédaction avait invité les communautés à faire parvenir portraits, réflexions ou témoignages. Plusieurs ont déjà répondu à l’appel, nous les en remercions. Les communautés désireuses de présenter l’esprit qui les anime et la manière dont se manifeste leur charisme peuvent encore soumettre un texte. Dans cette première chronique, Lisette d’Astous, r.s.r., raconte l’histoire de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire (Rimouski).

 

Revue EN SON NOM, Vie consacrée aujourd'hui
Vol. 73 No. 1 / Janvier - Février 2015

75 ans